Nous, les cols blancs de l'Île de Montréal,


sommes en grève aujourd'hui. Nous demandons aux maires de cesser de jouer avec l'épargne que nous avons accumulée au fil de notre vie. Pendant que les salaires des élus et des cadres ne cessent de grimper, on ne cesse de parler de la «capacité de payer des contribuables». Le double discours des élus n'est pas acceptable. Ce n'est pas pour rien que le projet de loi 3 sur les retraites ne s'applique pas aux élus...

En deuil de meilleures relations de travail et sans conventions collectives dans plusieurs villes, nous constatons avec indignation que notre droit à la libre négociation est enterré. Nous n'acceptons pas de faire les frais d'une gestion exécrable des fonds publics. Plutôt que de s'attaquer aux services directs à la population, pourquoi ne pas couper dans la surgouvernance? Pourquoi 19 maires sur l'Île de Montréal? Pourquoi 19 directeurs de travaux publics? Et pourquoi ne pas véritablement s'attaquer à la collusion et la corruption?

Les cols blancs de l'île de Montréal en grève